top of page

Cela fait 15 ans que j’explore la question de l’implication, la participation et la coopération dans les collectifs, notamment associatifs, issus de l’éducation populaire, du socioculturel et du social.

Moi même issue de ce milieu, j'ai trop souvent été frappée et attristée par le gâchis de talents et d'énergies dans les associations et le niveau de souffrance, notamment des salarié.es, du monde associatif. 

Mon approche m’amène à regarder et travailler à partir de 3 dimensions d'un collectif :

L'Organisation

 

- La raison d’être

- Le fonctionnement

- La gouvernance

Les interractions

 

- Les tensions et conflits

- Les rapports de domination

L'individu 

- Ses besoins, ses peurs, ses désirs, ses forces ...

Ce qui m’anime c’est d’abord l’analyse des dysfonctionnements, des tensions (= écart entre un état actuel et un état désiré), voire des conflits et le fait de prendre soin du collectif pour qu’il puisse, dans la joie, être au service de sa raison d’être plutôt que dans la frustration, la colère et parfois la souffrance.​

Mon approche s'inscrit dans une démarche d'éducation populaire et s'inspire de mes expériences personnelles dans des collectifs, d'éléments des sciences sociales et des diverses formations que j'ai effectuées. 

Formats

J' interviens sur différents formats, allant d'une demi-journée à une année ou plus !

Pour un travail de fond et de qualité je préconise un minimum de 3 jours.

Le format et la demande concernant mon intervention peuvent être pensés en amont avec le/la/les commanditaire(s) ou avec les parties prenantes lors d'une journée d'exploration consacrée à son élaboration

Méthodes et postures
 

Créer et animer des espaces collaboratifs et créatifs afin de mettre le groupe au travail.

Parce que chacun.e est expert.e de sa propre situation, je n’arrive pas avec des solutions clés en main. Je crée et anime des espaces d’échanges afin de mettre le groupe au travail. 

Je chemine avec le groupe et selon les sujets je propose des temps courts d'apports et éclairages théoriques ou issus de mes expériences.

Entrer en relation, encourager et faciliter l’expression, l’écoute active et la compréhension mutuelle.

La relation est au coeur des processus collaboratifs, c'est pourquoi, par exemple, je prends le temps en début de chaque intervention de se demander "comment ça va?", de se raconter quelque chose ou simplement de faire un petit jeu.

Je suis attentive à la participation et l'expression de chaque personne et aux rapports de domination qui peuvent s'exercer dans le groupe et se ressentir notamment dans les prises de parole et de décisions. Au delà d’encourager, faciliter et distribuer la prise de parole je fais beaucoup d'ateliers en petits groupes. Ces ateliers en petits groupes sont également souvent précédés d'un temps préalable individuel. 

Grâce à des méthodes d'animation actives, issues de l'éducation populaire qui :  

S'appuient sur l'expérience, les savoirs et vécus des participants et le fait de "se raconter"

Sollicitent alternativement et/ou en même temps

  • la tête (réflexion, idée)

  • le cœur (émotion, motivation, humeur...)

  • le corps (désir de mise en action, moyen d'expression)

  

La place des tensions et des conflits dans nos interventions

Pour moi, les tensions (= écart entre un état actuel et un état désiré) et les conflits ne sont pas à taire et "mettre sous le tapis" comme nous avons l'habitude de le faire généralement. Au contraire, ils sont des indicateurs privilégiés. Les prendre en charge permet d'apaiser des malentendus dans des relations interpersonnelles et d'animer les conflits d'intérêts qui nous traversent nécessairement. Animer ses conflits c'est faire l'expérience de la démocratie. Cela permet également un nouveau regard sur la situation, de la compréhension mutuelle et rend créatif pour dépasser la problématique après avoir pris le temps de l'analyser. 

Pour en savoir plus, découvrez la vidéo "le conflit, on le gère où on l'anime ?" de la coopérative d'éducation populaire La Braise ici

112023155.jpg

S’adapter, privilégier le vécu sur le prévu 

Mes interventions sont préparées mais autant que possible je privilégie le vécu sur le prévu. Parfois il s'agira de ralentir, au contraire d'accélérer, de prendre le temps de creuser une thématique importante qui émerge, d'animer des conflits qui apparaissent, de s'autoriser à suivre nos intuitions.... 

Il pourra même s'agir, en accord avec le commanditaire, de faire évoluer la "commande initiale" car la demande (les besoins) qui se cachait derrière la commande est apparue et semble prioritaire. 

Aboutir à des décisions, privilégier l'action

Il important pour nous d'envisager l'action, non pas dans une pensée productiviste mais plutôt pour encourager à penser l'incarnation des discours et des valeurs. 

Si le temps de l'intervention le permet, il s'agira également de vous accompagner à poser la première pierre de l'action : "par quoi on commence ?"

Nous aimons aussi l'idée de tenter des actions et de regarder "ce que ça donne ? " plutôt que de passer trop de temps à penser le "à quoi ça sert ? ". 

12734012_527540827406362_4982276076233331518_n.jpg
bottom of page